Adieu Fleurs des îles

Demain nous quittons la résidence Fleurs des îles pour aller à l’hôtel le Rayon vert à 10 km près de Ferry toujours sous la côte sous le vent. Nous sommes dans le dernier bungalow, Gerbera, à droite. Tout près de la plage.

 

 

 

Hier il y avait musique et danse à la pizzéria de Deshaies, première pizza depuis trois semaine. Ambiance survoltée, très bons musiciens et les guadeloupéens super danseurs. Très bonne soirée.

 

Ce matin, nous avons vécu un joli défilé de soleil et de grains entrecoupés d’arcs en ciel.

 

 

 

 

 

Escapade à l’ilet Caret

Départ de Sainte Rose à 8h du matin sur une barque à moteur pour une traversée dans le Grand Cul-de-sac Marin au nord de l’île. Cette partie de mer est protégée de la houle de l’océan par un récif de corail. Les ilets et la mangrove qui s’y trouvent sont des parcs naturels. Après une traversée de 20 mn, nous arrivons à l’ilet Caret, dénommé ainsi à cause de la tortue caret ou tortue imbriquée qui vient y pondre en mai, juin.

Ilet Caret

 

 

 

 

 

Le débarquement se fait en sautant dans l’eau et tous les participants aident à transporter le matériel de cuisine sur la plage.

En Guadeloupe toute escapade commence par du rhum, continue par du rhum et se poursuit par un bon repas arrosé lui aussi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre marin Claudius et son cuistot nous ont mitonné un superbe ragout d’igname accompagné de poulet et de poisson. La vaisselle se fait dans la mer.

 

 

 

 

 

 

 

La journée passe très vite entre les baignades, la plongée en apnée dans le lagon, les apéros.

Au retour, pause scientifique dans la mangrove où nos guides décrivent la reproduction des palétuviers et les vies minuscules qui la peuple : crabes, alevins, huitres, hérons crabiers, pélicans, frégates.

 

Le concombre de mer rencontre tous les honneurs entre fascination et dégoût. Voir des photos du concombre.

 

 

 

 

The PLAGE

Le bungalow est très bien décoré et complètement encadré par les bougainvilliers. Nous avons même un bananier avec son régime (malheureusement pas mûr).

 

 

 

 

 

Ce matin, passage du portillon et hop la plage. Grande Anse, 1km de sable clair et aujourd’hui des rouleaux terribles. Les plus petites vagues font 1m et les plus grosses bien 3m. Les surfeurs s’en donnent à coeur joie. Juan hésite avant d’y aller et fini par plonger, si on regarde bien, on voit juste ses pieds qui dépassent de l’écume au centre de la deuxième photo.

 

 

 

 

 

Pour moi ce sera bain de jambes dans la mer  baignade dans la piscine l’après-midi.

Effet d’optique intéressant : 1er photo la plage à droite, 2ème photo la plage à gauche. Non ce n’est pas une langue de sable avec une île au fond.

 

 

Ce soir nous allons dîner à Deshaies.

La résidence est équipée en Wifi, c’est très pratique.

 

Deux belles îles à voir

Ces deux derniers jours nous avons fait des excursions en mer pour découvrir deux belles îles : Marie-Galante assez grande et habitée et l’îlot Petite terre inhabité.

Marie-Galante, l’île ronde

Départ à 7h du matin pour Marie-Galante. Après ¾ h de traversée, nous arrivons au débarcadère de Saint-Louis où nous attend un minibus pour découvrir l’île. Nous passons par Gros Bourg et sa belle église, son marché au poisson et ses marchandes de légumes au discours fleuri. Il y a même une bibliothèque. Dégustation de rhum à la distillerie Bielle,  59°, c’est rude pour un décollage. Achat du premier cubitainer de rhum Bielle à 59°. Nous continuons par

Habitation Murat

Moulin Murat

 

 

 

 

 

l’habitation Murat, une ancienne raffinerie de sucre de canne transformée en écomusée. Le tour de l’île est bouclé en une demie journée. Repas traditionnel de Bélélé, un plat traditionnel de l’île, une espèce de soupe aux légumes agrémentée de tripes, et du cochon. Les plages sont superbes et vides. Il y a très peu d’hôtels. L’île est peuplée de 13000 habitants, essentiellement des agriculteurs pour la canne à sucre. Il n’y a aucune industrie. Les jeunes ayant fait des études partent, les autres restent comme chômeurs.

 

Plage de Feuillère

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petite Terre

Escapade en mer sur un grand catamaran pour rejoindre l’île inhabitée de Petite Terre. Elle se situe au sud de la Désirade, à environ 1h30 de navigation. Le lagon est de toute beauté, on peut y voir des tortues marines, des iguanes antillais. Dans le lagon, une multitude de poissons de toutes les couleurs et des petits requins citrons qui passent entre nos jambes, les grands sont de l’autre côté du récif. Une journée merveilleuse agrémentée d’un poisson grillé sur la plage et de multiples punch.

 

 

 

 

 

Départ de l’hostellerie du château où l’accueil fut magnifique et le séjour parfait. A recommencer chaque année.

Arrivée de l’autre côté de l’île, sur Basse Terre à côté de la ville de Deshaies. Logement en bungalow « Les fleurs des îles« . Juste à côté de la plage de Grande Anse. Demain matin, il y aura un portillon à passer pour se retrouver sur la plage.

Premiers bains vers la Pointe des Châteaux, dehors 30°C, dans l’eau 28°C

Déjà trois jours de baignades ininterrompues. Nous sommes arrivés samedi soir sous une pluie tropicale très dense. Dès le lendemain, le soleil était là. Tous les soirs il pleut. Il pleuvait depuis 15 jours en Guadeloupe mais nous avons ramené le soleil.

Pour cette première semaine de séjour, nous sommes installés à l’extrémité Est de Grande terre, presque à la Pointe des Châteaux. L’hostellerie des Châteaux est une petite résidence hôtelière, 4 chambres, 4 bungalows équipés d’une kitchenette. Elle est également très réputée pour sa table. Les vacances de Noël n’ont pas commencé et seulement trois chambres sont occupées. La piscine magnifique est pour nous seuls.

 

 

 

 

En prenant la route de la pointe des Châteaux, nous arrivons à la grande plage des Salines quasi vide. Elle est protégée de la houle de l’Atlantique par un récif corallien. L’eau y est profonde et transparente sur un fond de sable clair. On voit les bancs de poissons passer entre nos jambes. Les Frégates dessinent une chorégraphie très graphique dans un ciel lumineux. Au loin, l’île de la Désirade se laisse désirer…

Plage des Salines

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le programme de ces trois premiers jours : matin plage, midi déjeuner de salades sur la terrasse du bungalow avec pour vision le jardin fleuri et la mer, l’après-midi piscine et le soir balade dans Saint-François, lecture, ti-punch.

Nous avons testé le meilleur restaurant de l’île, l’Iguane Café.  Un chef inspiré de la nouvelle cuisine et des saveurs ayant leurs sources en Asie.

Le menu dégustation comporte 7 mini-plats :

–       Vérine mousseuse de langouste,

–       Trio de thon avec supions et saveur d’huitre,

–       Grumble de foie gras émulsion de pain d’épice,

–       Langouste à la vapeur d’herbe et ses patates douces en trois cuissons,

–       Sorbet ciron vert rhum blanc,

–       Magret de canard chutney de mangue,

–       Farandole de desserts.

Un vrai festival de saveurs rares. Le plus étonnant pour nos papilles très expertes a été le Trio de thon avec supions et saveur d’huitre. Digne d’un trois macarons Michelin pour le contenu des assiettes. Pour le service, s’était plus « à la bonne franquette », ou plutôt « à la mode créole ».

La Pointe des Châteaux n’est pas équipée en wifi. Pour cela, il faut squatter quelques cafés de Saint François. Donc un article tous les trois jours.